You are currently viewing Violence au Tchad : le 1er ministre accuse l’opposition.
publicsn

Violence au Tchad : le 1er ministre accuse l’opposition.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Commentaires de la publication :0 commentaire

Le Tchad fait face à une vague de violence suite à des manifestations organisées par les leaders de l’opposition. Une situation que condamne vigoureusement le premier ministre Saleh Kebzabo. Celui-ci dans une déclaration estime que la responsabilité entière est à imputé aux leaders de l’opposition et que les sanctions qu’il faut seront prises.

Voici la déclaration du premier ministre tchadien Saleh Kebzabo :

 «Depuis quelques jours en effet, à l’approche de leur date fatidique du 20 octobre, des insurgés ont tenu de nombreuses et interminables réunions sans se mettre toujours d’accord sur une marche dite pacifique, en passant par un parti politique quasiment inconnu pour en faire la demande. Le Ministre de la Sécurité Publique l’a évidemment interdite et, malgré cela, ils se sont résolus à organiser leur projet diabolique et meurtrier. Très tôt la nuit dernière, ils se sont répartis en petits groupes dispersés essentiellement dans le 19, 7e et 9e arrondissements, armés de gourdins, de machettes, de flèches et de lance-pierres.

Leur technique éprouvée acquise par plus de 1500 jeunes lors d’une récente formation à la guérilla urbaine était une mobilité constante et rapide après chaque coup perpétré », narre-t-il, au cours de la conférence de presse. Avant de poursuivre : «Comme on le verra plus tard, certains disposaient d’armes à feu utilisées pour en faire porter la responsabilité aux forces de l’ordre. Les événements se passeront bel et bien ainsi. Ces Insurgés portent la lourde responsabilité d’une cinquantaine de morts et de près de 300 blessés surtout à N’djaména, mais aussi à Moundou, Doba et Koumra.

Des morts de trop pour assouvir la soif du pouvoir de M. Succès Masra et Yaya Dillo. 4 ou 5 morts pour alimenter sa campagne internationale de dénigrement et de disqualification du Gouvernement ? « Est-ce cela la démocratie dont ces ambitieux se réclament sournoisement auprès de leurs partenaires étrangers? Ceux-ci acceptent-ils que leurs protégés s’emparent du pouvoir par une insurrection populaire dont le prix se compte par dizaines de morts innocentes embrigadées dans un schéma qu’ils ignorent totalement, parce que sous le coup de drogue et d’alcool frelaté que leur maître leur font consommer avant chaque opération ? »

Samba SY.

Laisser un commentaire